Générer des revenus passifs : le quadrant du Cash Flow (2/2) de R. Kiyosaki

Dans l’article précédent, dédié au livre « le quadrant du cash flow », vous avez découvert les 4 méthodes pour gagner de l’argent. Il s’agit de l’emploi salarié, des professions libérales, de la propriété d’un business et de l’investissement. Le succès financier peut être trouvé dans n’importe lequel de ces quadrants.

 

Regardez l’animation :


 

La différence la plus grande entre le côté de gauche et le côté droit du schéma est le lien entre travail et génération de revenuDans les 2 premiers quadrants on gagne de l’argent uniquement quand on travaille ; il s’agit du revenu actif. Dans les 2 autres, la génération de revenu est indépendante du travail : l’argent est produit par le système et les collaborateurs dans le quadrant B, et par l’argent investit dans le quadrant I.

Si on souhaite atteindre la liberté financière, c’est à dire d’avoir le choix de travailler ou pas sans se préoccuper de l’entrée d’argent, il faut s’intéresser aux quadrants B et I.

 

Passer à ces 2 quadrants n’est pas compliqué techniquement : les activités à réaliser sont à la portée de tout le monde. Par contre, c’est un changement difficile d’un point de vue émotionnel. Il faut apprendre à gérer ses peurs (de l’échec, de perdre de l’argent) et l’avidité.

 

L’auteur recommande de commencer par des petits pas. En démarrant par des pas trop longs, on risque de perdre l’équilibre et tomber, ou d’être paralysé et ne pas avancer.

Passer à l’action est très important : ce n’est qu’à travers la pratique que l’apprentissage se complète. Les notions apprises intellectuellement seront alors intégrées physiquement et dans les émotions.

 

Les 7 étapes vers la liberté financière

L’auteur indique 7 étapes pour aller vers les revenus passifs et la liberté financière :

 

1. S’occuper de son état financier

La première consiste à commencer à s’occuper de son état financier. Concrètement, cela veut dire mieux comprendre ses finances : d’où viennent vos revenus ? combien viennent de revenus actifs et combien des revenus passifs ? quelles sont vos dépenses principales ? quelle est la liste de vos actifs et de vos passifs ?

Une fois que vous avez répondu à ces questions, définissez des objectifs financiers réalistes et atteignables. D’abord sur un horizon de 5 ans. Par exemple : je veux augmenter mes revenus passifs à 500 € par mois ; je souhaite investir dans l’immobilier et dans des actions. Ensuite, réduisez l’horizon temporel à 12 mois et fixez des objectifs court terme. Par exemple : je souhaite diminuer mes dettes de 2000 €, et augmenter mes revenus passifs de 100 € par mois.

 

2. Prendre le contrôle de son cash flow

La 2ème étape consiste à prendre le contrôle de son cash flow. Beaucoup de monde croit qu’il suffit de gagner plus pour résoudre les problèmes financiers. C’est faux. Tant que l’on n’apprend pas à bien gérer son cash flow, c’est à dire à dépenser moins de ce que l’on gagne, avoir plus d’argent risque d’empirer les choses. Il faut apprendre à vivre en dessous de ses moyens, avant de vouloir les éteindre. Il faut maîtriser ses dépenses courantes, solder ses dettes (les crédits à la consommation, les emprunts immobiliers) et arrêter d’acheter des passifs.

 

3. Distinguer entre risque et risqué

La troisième étape consiste à distinguer entre risque et risqué. L’amélioration de ses connaissances financières permet de maîtriser le risque. Ne pas s’intéresser à ses finances est par contre risqué.

Le 10% de la population qui arrive à bien gérer son cash flow, vers 45 ans (c’est à dire à mi-chemin d’une carrière professionnelle) a réussi à se constituer une liste d’actif bien plus longue que ses passifs. Tant qu’on utilise son revenu pour acquérir des actifs, le risque est maîtrisé.

Si par contre on ne fait qu’acheter des passifs et augmenter ses dépenses, cela est risqué sur le long terme.

 

4. Quel type d’investisseur êtes-vous ?

La quatrième étape consiste à décider quel type d’investisseur on souhaite devenir. L’auteur identifie 5 niveaux d’investisseurs.

  1. le premier est celui à « Intelligence Financière Zéro« , à ce stade les personnes ne s’intéressent pas du tout à l’investissement. Pire : sans connaître la différence entre un actif et un passif, ils continuent à acheter des passifs, ce qui fait augmenter les dépenses mensuelles.
  2. le deuxième niveau est celui de l' »épargne perdant« : ici les personnes pensent qu’épargner est une excellente idée. Malheureusement, l’épargne ne va pas aider à avoir des revenus quand elles ne pourront plus travailler. A cause de l’inflation et des impôts, l’argent épargné perd de valeur avec le temps. Epargner uniquement est donc une stratégie perdante sur le long terme.
  3. le troisième niveau est celui des « je suis trop occupé » : ici les gens n’ont pas de temps à dédier à l’investissement à cause d’autres contraintes (le travail, la famille, les loisirs). Elles décident de tout déléguer à d’autres, idéalement des professionnels, sans s’intéresser à comprendre les investissements réalisés. Le problème est que, si jamais de l’argent est perdu, la personne ne peut pas apprendre de ses erreurs, et elle n’est donc pas mieux armée pour le futur.
  4. le quatrième niveau est celui des « je m’occupe de tout » : ici les personnes croient qu’elles sont aussi bien informées que n’importe qui d’autre pour décider des investissements. Elles choisissent d’elles-mêmes les actions et les biens immobiliers à acheter, elles s’occupent de toute la gestion. par contre, elles dépensent peu de temps et d’argent pour se former.
  5. le cinquième niveau est celui du « vrai capitaliste » : ici on retrouve les investisseurs les plus riches. Si dans le niveau précédent l’investisseur agit en solitaire, ici on va plutôt choisir la meilleure équipe. Il peut s’agir de son banquier et son comptable, d’un avocat, ou encore d’autres investisseurs pour un projet en commun. A ce stade, plus l’investisseur est généreux avec les personnes qui l’entourent, plus ses gains seront importants.

Ne pas avoir de l’argent à investir n’est pas une excuse pour ne pas devenir un meilleur investisseur. Pour se préparer à passer au niveau supérieur on n’a pas besoin de plus d’argent.

Il suffit de dédier du temps pour alimenter ses connaissances financières.

 

5. Trouver des mentors

La cinquième étape consiste à trouver des mentors. Un mentor est une personne qui a déjà réalisé les objectifs que l’on souhaite atteindre. Elle peut donc aider à différencier ce qui est important de ce qui ne l’est pas. Attention à la source des conseils qui nous sont donnés : souvent nous écoutons le conseil des proches qui, malgré leur bonne intention, ne sont pas des investisseur à succès. Afin de se faire aider il vaut mieux chercher les conseils de ceux qui ont déjà parcouru le chemin que l’on souhaite suivre.

 

6. Faire de l’échec une force

La sixième étape consiste à faire de l’échec une force. Très souvent, la peur de l’échec empêche de passer à l’action même quand on est bien informées. Nous avons peur de faire des erreurs, ou d’être rejetés par les autres. La mauvaise manière de réagir à un échec est de construire un mur de protection pour éviter tout échec futur. La bonne manière est au contraire de l’utiliser comme une fondation pour grandir ultérieurement. Il est normal de faire des erreurs quand on essaie des nouvelles choses ; en apprenant de nos erreurs nous pouvons renforcer notre caractère.

 

7. Avoir confiance en soi-même

La septième et dernière étape consiste à avoir confiance en soi-même. Vous avez déjà en vous-même tout ce qu’il vous faut pour atteindre le succès financier. Pour le matérialiser vous avez besoin du désir, la détermination, et la confiance en vos capacités. Les pensées que vous cultivez sont capitales pour la réussite de vos plans. En faisant attention aux mots que vous utilisez, vous pouvez découvrir vos croyances limitantes et vos doutes. Une fois identifiés, creusez plus. Vous trouverez une vérité plus profonde sur laquelle vous appuyer. La seule personne qui décide les pensées que vous allez croire c’est vous : décidez avec sagesse ce que vous allez penser de vous-même.

 

Dans cette vidéo vous avez découvert les 7 étapes pour passer du revenu actif au revenu passif. Rappelez-vous : c’est votre choix de décider si vous voulez réaliser ce chemin.

Si la réponse est positive, vous connaissez maintenant la recette à suivre.

 

A quelle étape de ce parcours vous vous trouvez ? Quelles sont vos difficultés principales pour avancer ?

Laissez un commentaire ci-dessous !

 

Vous pouvez télécharger gratuitement la mind carte de cette vidéo, et de toutes les vidéos précédentes, en remplissant le formulaire ci-dessous :

 

 

privacy pas de spam sur Mind Parachutes